Qu’est-ce que le hookgrip?

Le hook grip est une prise de la barre en pronation, où le pouce est piégé entre la barre et l’index et le majeur. Cette prise est indispensable en haltérophilie, afin de maintenir le contrôle de la barre, notamment lors de la seconde phase de tirage rapide.

Mise en place du hookgrip

1. Plaquer la partie de la main située entre le pouce et l’index contre la barre.

2. Enrouler le pouce autour de la barre, comme un « crochet ».

3. Attraper le pouce par l’index et le majeur, afin de bloquer le pouce.

4. Empoigner la barre avec les deux doigts restants.

Pourquoi faire le hookgrip

Sécurité et stabilité

Lors d’un soulevé de terre lourd, il est conseillé, afin de ne pas lâcher la barre, d’alterner les prises des mains: une en pronation, une en supination. De cette façon, lorsque la barre glissera des doigts vers l’arrière, elle sera contrebalancée par l’autre main qui aurait tendance à faire glisser la barre vers l’avant, ce qui assure son équilibre et sa stabilisation lors du geste. Vous conviendrez qu’un épaulé ou un arraché avec des mains des deux sens n’est pas concevable. Ici, lorsque la barre glisserait normalement vers l’arrière, elle sera contrebalancée par le pouce qui aurait tendance à faire glisser la barre vers l’avant. Il s’agit donc d’un équilibre créé entre le pouce et les autres doigts de la main.

Prise classique

Hookgrip

Le hook grip permettra ainsi de ne pas avoir à s’arrêter parce que les 4 doigts de la main, de l’index à l’auriculaire, ne tiennent plus la barre, et assurera la sécurité du mouvement en évitant qu’elle nous échappe on ne sait où.

Fatigue des avants bras

Le hook grip permettra de baisser la tension induite par la prise de la barre lors des soulevés. Tenir la charge par ce principe de crochet permettra en effet de réduire la tension au niveau de la main et du poignet, se transmettant jusqu’au coude. L’ensemble induira un relâchement de l’avant bras. Lors de certains circuits notamment, il arrive de « perdre son grip » suite à de nombreuses répétitions, entre haltérophilie et gymnastique à la barre principalement.
Imaginons une séance riche en épaulé et tractions. Il serait dommage de devoir s’arrêter ou ralentir pour cause de mains qui ne ferment plus assez fort. Sauvez vos avants bras, faites le hook grip!

Meilleure utilisation des jambes

L’épaulé jeté et l’arraché sont deux mouvements dont la force principale lors du tirage est celle induite par les jambes. La relaxation des avant bras, et une prise plus sûre permettra de moins se focaliser dessus. En effet, une fois automatisé, le hook grip vous permettra de ne plus vous soucier de votre poigne, et de plus vous focaliser sur le travail des jambes.

Qu’attendez vous pour vous en servir?

« Ça me fait mal aux pouces! »

En effet, de même qu’un back squat fait mal aux trapèzes, ou que des tractions font mal aux mains.. au début. L’accommodation pourra être quelque peu douloureuse. C’est en réalité plutôt bon signe, car elle indique que vous vous servez bien de votre pouce. Un hook grip initialement non douloureux est probablement mal réalisé. Peu à peu, la prise deviendra indolore et plus agréable qu’une prise classique.

N’attendez pas. Le hook grip est une habitude à prendre dès ses débuts. Ne pas le faire serait une erreur, car les vieilles habitudes ont la vie dure. Une fois la prise classique installée, il est difficile de s’en défaire. Encore plus lorsqu’on devient capable de soulever de lourdes charges: vous risquez de devenir incapable de supporter vos charges quotidiennes en hookgrip car elles seront trop importantes pour votre pouce. Réduire le poids de ses barres d’entrainement parce qu’elles font trop mal et ne sont pas supportables serait dommage, bien qu’indispensable.

Ayez le réflexe du hookgrip lors de vos prochaines séances, si ce n’est pas déjà le cas!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *